Caleb Desrameaux nuance son appui à Nice Simon  

0
3087
Caleb Desrameaux et Nice Simon

La mésaventure de Nice Simon – mairesse de Tabarre –, suscite encore des réactions. Le député de la circonscription, Caleb Desrameaux, apporte un appui nuancé à l’agente de l’État, récemment châtiée par son mari.

Le député Caleb Desrameaux a pris le pouls de la situation avant d’apporter un appui nuancé à Nice Simon, la mairesse de sa commune brutalisée dernièrement par Yves Léonard. « Je condamne cette agression. Avant tout c’est une mairesse qui a été agressée », a déclaré le vice-président de la Chambre basse. Le parlementaire a ainsi réagi dans un débat de la Télévision Caraïbes sur la violence.

« Le soir même du déferlement des images montrant le corps et le visage de Nice Simon recouverts de meurtrissures, j’ai téléphoné à Léonard. Il m’a donné sa version des faits », a confié M. Desrameaux. La mairesse, elle, paraissait en conférence de presse pour dénoncer la brutalité de son mari, a ajouté l’invité de la chaîne 22.

« Je souhaite que Léo [Yves Léonard] et Nice Simon se présentent devant un juge habile pour traiter l’affaire. C’est à la justice de fixer les responsabilités », a suggéré le représentant de Tabarre à la 50e législature.

« La place de Léonard est derrière les barreaux »
La police a évidemment émis un mandat d’amener à l’encontre de l’agresseur suite à une plainte de Nice Simon au paquet de la Croix-des-Bouquets. La police haïtienne n’arrive pas encore à appréhender Yves Léonard. « Je ne crois pas qu’il est en fuite », a estimé Caleb Desrameaux au cours de l’émission à laquelle Philippe Saint-Louis a aussi participé.

« C’est la première citoyenne d’une ville qui a subi ce traitement. C’est un symbole qui a été frappé et l’image de la bastonnade circule sur les réseaux sociaux. C’est une démonstration forte de la faiblesse de l’État »

Animateur de radio et gérant d’un bar-restaurant, M. Saint-Louis, lui, ne fait pas de nuance. « La place de l’agresseur est derrière les barreaux », a-t-il fulminé. L’animateur est sidéré par la gravité des images de Mme Simon véhiculées sur les réseaux sociaux. « C’est la première citoyenne d’une ville qui a subi ce traitement. C’est un symbole qui a été frappé et l’image de la bastonnade circule sur les réseaux sociaux. C’est une démonstration forte de la faiblesse de l’État », a renchérit Philippe Saint-Louis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here