La Fondation connaissance et liberté (FOKAL) présentera, du 6 novembre au 21 décembre 2018, l’exposition « Dictature et résistances ». Celle-ci retrace l’histoire du régime Duvalier père et fils, qui a duré de 1957 à 1986.

Ex-président à vie d’Haïti, François Duvalier est mort, depuis déjà 47 ans. Son fils Jean-Claude, héritier de la féroce dictature, lui, s’est éteint en octobre 2014. Ni l’un ni l’autre n’a été jugé par la justice haïtienne pour les « crimes de sang et économiques » qui leurs sont reprochées.    

Leurs âmes ne se reposent pas en paix pour autant. Films, ouvrages, photographies, musiques, théâtres, peintures, etc., toutes les formes d’expressions artistiques sont utilisées pour demeurent dictateurs.

« Les crimes graves et les violations de droits humains perpétrés de manière systématique et organisée au cours de ces décennies, trop souvent méconnus de la jeunesse haïtienne, ont des répercussions encore jusqu’à aujourd’hui sur le pays », lit-on sur le site Internet de la fondation.

La lutte contre l’impunité et le révisionnisme historique est un enjeu fondamental dans l’avancement d’une gouvernance responsable et respectueuse des droits humains et dans la création d’un réel processus de justice transitionnelle en Haïti.

L’exposition, qui sera présentée dans l’atrium de FOKAL, sera accompagnée d’activités connexes : le spectacle de théâtre forum « 32 ans après », porté par Pinas Alcéra, ainsi que des discussions avec des militants et spécialistes de la période dans différents lieux de la capitale.

Cette activité s’inscrit dans le cadre du projet « Accès à la justice et lutte contre l’impunité en Haïti », porté par Avocats Sans Frontières Canada et FOKAL et soutenu par Affaires Mondiales Canada.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here